Le Marais Vernier, un site exceptionnel à découvrir


Marais Vernier, la zénitude en Normandie

Laissez-vous surprendre et abandonnez-vous à la nature. Nul besoin d'aller au bout du monde pour déconnecter et se dépayser ! Le Marais-Vernier est un terrain de jeu privilégié pour celui qui désire se ressourcer et revenir à l'essentiel. 

Au cœur du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande, le Marais-Vernier est un site naturel précieux et unique en France. Né d'un méandre que la Seine a abandonné il y a des milliers d'années, le Marais-Vernier est aujourd'hui une vaste zone humide en forme d'amphithéâtre où l'écosystème s'observe depuis une tour panoramique. De là, on distingue canards, oiseaux migrateurs, cygnes en plein vol et on entend les grenouilles coasser…

Vache écossaise et balade à vélo, Marais Vernier, Eure, Normandie

Chevaux de Camargue, Marais Vernier, Eure, Normandie

Paysage Marais Vernier, Eure, Normandie, Tourisme

Se dépayser dans un monde préservé 

Au petit matin, au lever du soleil sous une légère brume, la faune et la flore s'éveillent tout doucement. Au marais, Dame Nature se contemple. La vie s'épanouit et nous sommes spectateurs. Au cours d'une balade, il n'est pas rare de croiser des vaches écossaises et des chevaux camarguais qui se sont acclimatés au fil des années. Sur les chemins, les longères et leur toit de chaume, les vergers composés de pommiers révèlent une Normandie authentiquepréservée de toute l'agitation d'un monde où tout s'accélère

Situé dans un an­cien méandre de la Seine au nord-ouest du pla­teau crayeux du Rou­mois, le ma­rais Ver­nier (4 500 hec­tares) abrite une des plus im­por­tantes tour­bières fran­çaises et consti­tue le fond de l'es­tuaire. Halte pri­vi­lé­giée sur le grand axe mi­gra­toire de l'ouest de l'Eu­rope, le ma­rais Ver­nier, au sein d'une ré­gion for­te­ment in­dus­tria­li­sée et amé­na­gée, consti­tue un îlot de na­ture en­core riche. 
Au­tre­fois uti­li­sées pour le pâ­tu­rage ou la fauche par les agri­cul­teurs lo­caux, les prai­ries hu­mides tour­beuses re­pré­sentent l'éco­sys­tème ca­rac­té­ris­tique de la ré­serve na­tu­relle.
On note la pré­sence de la laîche dé­pri­mée, du jonc à fleurs ob­tuses, du cirse des an­glais ou en­core de l'or­chis à fleurs lâches dans les bas ma­rais al­ca­lins, la gui­mauve of­fi­ci­nale et le jonc de Gé­rard pour l'in­té­rieur des terres ou en­core l'os­monde royale, la thé­ly­pté­ride des ma­rais, le pi­ment royal et la laîche à deux ner­vures pour la bou­laie et ses éclair­cies.
Côté fau­nis­tique, la ré­serve abrite une avi­faune riche d'es­pèces. Outre les es­pèces ap­pré­ciant les mi­lieux ou­verts comme le pipit far­louse ou le van­neau huppé, on trouve des oi­seaux ca­rac­té­ris­tiques des prai­ries pâ­tu­rées ma­ré­ca­geuses : la bé­cas­sine des ma­rais, le cour­lis cen­dré…
Le hibou des ma­rais vient y chas­ser. Ce­lui-ci, comme le butor étoilé, y hi­verne fré­quem­ment. La ci­gogne blanche ni­di­fie avec suc­cès de­puis 1993, ins­tal­lée sur un nid ar­ti­fi­ciel construit à des­sein pour fa­vo­ri­ser le re­tour de ce grand échas­sier au­tre­fois plus fré­quent.

Dans la réserve naturelle, il n'y a pas de sentier. Ce n'est tout simplement pas un lieu de promenade.
 
marais vernier1 campagne Cigognes Champs